La levure, une usine microscopique

cellule de levure

La levure, une usine microscopique

En tant qu’usine cellulaire, la levure est naturellement capable de modifier et d’associer de nombreuses molécules simples, prélevées dans son environnement, tels que des sucres, des lipides ou des acides aminés pour synthétiser efficacement, à température douce, tous les éléments nécessaires à sa croissance.

Grâce aux connaissances scientifiques et techniques accumulées ces vingt dernières années sur les levures, il est aujourd’hui possible d’utiliser ces usines cellulaires pour produire industriellement et de façon plus respectueuse pour l’environnement des molécules aux applications variées, à partir de matières premières renouvelables.

 

 

Que peut-on faire avec des levures utilisées comme usines cellulaires ?

Cette utilisation originale des levures dans le cadre de procédés naturels pour la production à grande échelle de substances actives fait partie des « biotechnologies blanches ».

Dans le cadre des biotechnologies dites blanches, les levures mises en œuvre ne sont plus destinées à l’alimentation humaine ou animale. L’objectif est d’exploiter toute la machinerie cellulaire pour produire massivement des molécules d’intérêt qui pourront être employées dans les secteurs de la santé, de la nutrition, de la chimie des matériaux ou de l’énergie.

Pour répondre à des besoins particuliers, l’intégration ou la suppression de voies de synthèse biologique spécifiques peut s’avérer nécessaire.

 

Une des réalisations concrètes dans le secteur de la santé humaine date du début des années 2000 avec la construction d’une levure capable de produire une hormone humaine : l’hydrocortisone. La technique, développée par une équipe française associée à un acteur majeur de l’industrie pharmaceutique, a véritablement marqué les esprits.

Depuis, la production par les levures de nouvelles protéines spécifiques et l’intégration dans les cellules de nouvelles voies métaboliques complètes sont une réalité bien maitrisée.

Cette révolution scientifique qui aujourd’hui intéresse un grand nombre de secteurs industriels, devrait à l’avenir fournir de nouvelles molécules qui se retrouveront de plus en plus dans notre quotidien.

 

 

Savez-vous que ces produits sont fabriqués par l’usine levure ?

A ce jour, la levure est le meilleur organisme pour obtenir de l’alcool par fermentation. L’éthanol produit est utilisé, par exemple, dans la préparation des spiritueux, en parfumerie, et même comme biocarburant alternatif à l’essence. En France, en 2011, un plein peut contenir jusqu’à 10 % d’éthanol. Dans quelques années, l’arrivée de nouveaux moteurs permettra d’incorporer encore plus d’éthanol à l’essence et de faire face à la raréfaction des produits pétroliers tout en combattant l’effet de serre.

La levure contribue également tous les jours à notre santé et à notre bien-être en accumulant naturellement de nombreuses molécules bénéfiques telles que des antioxydants ou des anti-inflammatoires. Sous une forme purifiée, ces molécules dont le glutathion et la S-adenosyl méthionine (SAMe) sont déjà largement utilisées en nutrition-santé aussi bien humaine qu’animale.

Au niveau du traitement du diabète, une grande partie de l’insuline délivrée aujourd’hui en pharmacie est également obtenue grâce à l’usine cellulaire levure